Santé

Comment empêcher un deuxième AVC ?

Environ 25 % des survivants d’un AVC subissent un deuxième AVC. Heureusement, en adoptant les meilleures habitudes, vous pouvez réduire vos risques.

Les conseils suivants vous aideront non seulement à réduire le risque d’un deuxième AVC, mais également à améliorer votre santé globale.

A lire également : Qu'est-ce que la rhizarthrose ?

7 habitudes qui empêchent un deuxième AVC

Voici sept habitudes pour réduire le risque d’un deuxième AVC :

1. Connaissez vos facteurs de risque

Une étude de l’American Neurological Academy a montré que plus de 96 % des patients victimes d’un AVC ayant subi un deuxième AVC présentaient des signes d’au moins un facteur de risque.

A lire également : Qu'est-ce qu'un AVC silencieux ?

Cela signifie que la sensibilisation est le premier pas vers la prévention. Consultez votre médecin pour déterminer si vous présentez des facteurs de risque communs tels que l’hypertension artérielle, l’athérosclérose (accumulation de plaque sur les parois des artères), l’hypercholestérolémie ou le diabète.

La connaissance de vos facteurs de risque peut vous aider à éviter un deuxième AVC.

2. Surveillez votre pression artérielle

Taux élevé de sang la pression est considérée comme le facteur de risque d’accident vasculaire cérébral le plus gérable. Si vous en êtes atteint, assurez-vous de le surveiller, de prendre les médicaments prescrits par votre médecin et d’avoir toujours votre prochaine recharge sous la main : le fait de manquer une seule dose augmente considérablement le risque d’accident vasculaire cérébral.

En plus de surveiller l’hypertension artérielle et de prendre des médicaments, l’apport en sodium peut être réduit pour abaisser la tension artérielle.

3. Faites suffisamment d’exercice pour transpirer

Saviez-vous que faire suffisamment d’exercice pour transpirer quelques fois par semaine peut réduire le risque d’accident vasculaire cérébral de 20 % ? L’activité physique régulière est essentielle dans les programmes de prévention des AVC.

Malheureusement, les problèmes de mobilité peuvent empêcher les patients de faire suffisamment d’exercice pour transpirer. Si vous en avez, essayez de faire au moins quelques exercices qui augmentent votre fréquence cardiaque. Même certains exercices assis peuvent le faire : pousser un fauteuil roulant si vous en avez un, effectuer des exercices sur les bras assis rapidement ou marcher un bon pas si vous le pouvez. En outre, soyez sûr de participer à un programme de réadaptation quotidien pour améliorer la motricité.

4. Envisagez des chirurgies préventives

Le risque d’un deuxième AVC augmente avec la présence d’anévrismes : un renflement de l’artère qui crée une faiblesse de la paroi vasculaire, augmentant le risque de rupture (AVC hémorragique).

Pour réduire le risque de récidive d’AVC, si vous souffrez d’un anévrisme connu, votre médecin peut vous recommander une intervention chirurgicale.

Il existe deux chirurgies conçues pour aider à gérer le risque d’accident vasculaire cérébral : les coupures d’anévrisme et les enveloppements d’anévrisme. Les deux aident à obstruer le flux sanguin, l’empêchant de pénétrer dans l’anévrisme, provoquant une rupture.

Ces chirurgies sont invasives, alors discutez des avantages et des risques avec votre médecin.

5. Gérer le stress grâce aux soins personnels

Vivre avec un stress chronique à long terme multiplie par quatre le risque d’accident vasculaire cérébral et, par conséquent, la gestion du niveau de stress est essentielle pour prévenir un deuxième AVC.

Nous savons que le rétablissement à la suite d’un AVC implique de temps à autre un stress dû à des problèmes de santé et à des problèmes financiers. Faites de votre mieux pour prendre soin de vous afin que le stress ne joue pas contre vous.

Si vous trouvez votre situation trop accablante, discutez avec votre médecin des médicaments susceptibles de soulager votre anxiété.

6. Nettoyez votre consommation

Votre consommation influe sur de nombreux facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral : par exemple, l’hypercholestérolémie, l’athérosclérose et l’hypertension artérielle sont tous affectés par les aliments que vous consommez.

La plupart des patients victimes d’un AVC consultent un diététicien à un moment donné de leur rétablissement. Assurez-vous de suivre leurs conseils. En général, la plupart des patients victimes d’un AVC sont encouragés à limiter leur consommation de sel, d’aliments frits, de viande rouge et de graisses saturées.

Vous pouvez réduire encore plus le risque d’un deuxième AVC en remplaçant ces aliments par des aliments plus sains pour le rétablissement de l’AVC, tels que les bleuets, le saumon et les graines de lin.

Il peut être difficile de modifier votre consommation, mais ils peuvent également aider à prévenir un deuxième AVC et à sauver une vie.

7. Prenez des vitamines neuro-protectrices

L’augmentation de votre apport en certains nutriments peut aider à prévenir un deuxième AVC. Nous vous recommandons d’obtenir tous vos nutriments dans les aliments, mais parfois les suppléments peuvent vous aider à en obtenir là où vous en avez besoin.

Certaines des meilleures vitamines pour le rétablissement de l’AVC sont la CoQ10, la vitamine B3 et l’huile de poisson. Consultez votre médecin avant d’acheter des suppléments, car ils peuvent interférer avec vos médicaments.

Comment prévenir un deuxième accident vasculaire cérébral et sauver une vie

Si vous ou un de vos proches avez récemment subi un AVC, faites de votre mieux pour intégrer ces conseils à votre routine quotidienne. Bien que certains changements puissent être difficiles, les avantages en valent la peine.

Assurez-vous de tenir votre médecin au courant des changements soudains de votre routine quotidienne. Votre médecin comprend mieux vos problèmes médicaux préexistants, afin qu’il/elle puisse fournir des informations sur les aliments, les exercices ou les suppléments que vous souhaitez essayer.

Nous vous souhaitons bonne chance dans votre parcours de rétablissement ! Santé !