Services

Qu’est-ce qu’un foyer agréé ?

Qu’est-ce que le PEB et pourquoi avez-vous besoin d’un certificat ?

PEB signifie « Performance énergétique du bâtiment  » et, comme les étiquettes énergétiques de vos appareils, l’obtention du certificat vous permet d’établir la performance énergétique d’un bien immobilier, qu’il s’agisse d’un bâtiment entier, d’un appartement ou d’une maison. Selon son état, ladite propriété sera donc classée par lettres, allant de A à G, A étant la meilleure note et G la pire. Ainsi, un bâtiment classé A consommera très peu d’énergie, contrairement à un bâtiment classé en catégorie G.

A lire en complément : Quelle est la définition de épicentre ?

Le saviez-vous ? Un bâtiment de catégorie A est considéré comme consommant moins de 50 kWh/m2/an alors qu’un bâtiment de catégorie G consomme en moyenne 450 kWh/m2/an.

Le Grâce au certificat PEB, les futurs acheteurs peuvent facilement comparer les performances énergétiques des propriétés visitées et établir des estimations de consommation sur la base des données mentionnées.

A voir aussi : 5 bonnes raisons de choisir le métier de soignant

Quand avez-vous besoin d’un certificat EPB ?

Depuis le 1er juin 2011, en Belgique, le certificat EPB est obligatoire en cas de vente ou de location d’un bien immobilier. Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier et que vous souhaitez le vendre ou le louer, n’oubliez pas d’indiquer sa performance énergétique sur votre annonce, au risque de recevoir une amende (dont nous détaillons le montant ci-dessous). Il doit donc être écrit AVANT que le logement ne soit mis en vente ou en location.

En plus d’être une obligation légale, elle est très pratique pour les futurs habitants du lieu et donc, les futurs consommateurs d’énergie puisqu’elle permet de faire le point sur les améliorations potentielles à apporter à un bâtiment construit il y a plusieurs années.

De plus, cette étude de performance peut parfois avoir un impact sur le prix de vente ou de location d’un bien immobilier. En effet, pour les futurs acquéreurs, cela signifie que certains travaux d’isolation et de rénovation sont nécessaires. Pour les locataires, cela peut être un argument de poids qui laisse présager des factures d’énergie plus élevées et leur permet donc soit de déménager dans une autre propriété, soit de négocier le prix fixe avec le propriétaire.

Comment obtenir le certificat ?

L’audit pour obtenir le certificat PEB est uniquement réalisé par un auditeur agréé par votre région. En Wallonie, en Flandre ou en Région bruxelloise, il existe donc une série de procédures qui peuvent différer d’une région à l’autre.

Obtenir le certificat EPB en Wallonie

En Wallonie, que vous souhaitiez louer ou vendre votre propriété, l’obtention du PEB n’est obligatoire que pour les bâtiments dont le permis d’urbanisme a été délivré avant le 1er mai 2010. Pour ceux construits après cette date, nous parlons de responsabilité EPB et non plus de certificat. La mission première de cette responsabilité de l’EPB est de permettre la surveillance du site en cas de nouvelle construction ou de petits travaux visant à l’amélioration énergétique du bien (isolation, chauffage, etc.).

En outre, le certificat ne s’applique qu’aux bâtiments résidentiels (maison, appartement, studio, immeuble d’appartements…).

Le propriétaire est libre de choisir son certificateur certifié dans la liste disponible sur le site de la Région wallonne. Lors de sa visite, il collecte les données nécessaires à l’obtention du certificat grâce à une analyse approfondie de l’enveloppe du bâtiment (isolation thermique, chauffage, ventilation, eau chaude sanitaire). Le propriétaire est également tenu de préparer la visite du certificateur en recueillant des « preuves acceptables », c’est-à-dire des documents attestant la performance du bien. De cette façon, si le certificateur n’est pas en mesure de réaliser tous ses tests, les documents mis à disposition permettent tout de même d’évaluer ses performances.

Si des données sont manquantes, le certificateur est obligé d’inclure des valeurs par défaut dans son rapport, qui sont souvent contre le logement.

Obtenir le certificat ILL à Bruxelles

À Bruxelles, tous les bâtiments d’une surface habitable de plus de 18 m2 doivent être titulaires d’un certificat EPB en cas de vente ou de location. Il existe donc plusieurs modèles de certificats selon l’utilité du bâtiment concerné :

  1. Le modèle « nouveaux bâtiments » pour lequel le permis de construire a été déposé après le 1er juillet 2008 ;
  2. Le modèle « maison unifamiliale » pour les anciens logements (rénovés ou non) ;
  3. Le » modèle « bureaux » pour les surfaces anciennes de plus de 500m2.

Le certificat n’est pas obtenu de la même manière selon la catégorie de bâtiment. Ainsi, Bruxelles Environnement délivre des certificats EPB pour les nouveaux bâtiments alors qu’un certificateur résidentiel les délivre pour les logements individuels. Quant aux bureaux, il est délivré par un certificateur tertiaire. Qu’ils soient résidentiels ou tertiaires, tous les certificateurs doivent être agréés par la Région de Bruxelles-Capitale.

Obtention du certificat EPB en Flandre

En Flandre, le certificat EPB est obligatoire depuis le 1er novembre 2008 pour tous les bâtiments résidentiels et est également obligatoire depuis 2020 pour les petits bâtiments non résidentiels tels que les bureaux ou les écoles. Un rapport « PEB-Construction » (EPC-Bouw en néerlandais) doit également être rédigé pour les nouveaux bâtiments et/ou les rénovations énergétiques. Enfin, à partir de 2022, un certificat devra également être mis en place pour les parties communes des immeubles d’habitation.

Les certificateurs doivent être approuvés par le gouvernement flamand.

Combien coûte un certificat de PEB ?

Le prix d’un certificat PEB dépend de plusieurs critères :

  • Le type de hébergement : appartement, maison, studio, villa…
  • Le nombre de façades ;
  • La surface totale de la propriété ;
  • Le certificateur agréé par lequel vous passez

Nous pouvons cependant établir une estimation du montant moyen d’un certificat PEB. Pour les appartements, nous estimons que le prix d’un certificat oscille entre 120 et 300 euros pour des surfaces allant de 70m2 à 200m2. En ce qui concerne les maisons, le tarif varie entre 170 et 400 euros pour les logements allant de moins de 75 m2 à 300 m2 et plus.

Si vous êtes l’heureux propriétaire d’une propriété exceptionnelle telle qu’une villa ou un manoir, les certificateurs travaillent généralement sur devis.

Pour rappel, un certificat PEB est une obligation légale. Si vous n’y répondez pas, vous risquez une amende dont le montant varie selon la région. En Wallonie, trois pénalités sont possibles :

  • 1000 € en l’absence d’un PEB valide certificat lorsque le bien concerné est mis en vente ou en location ;
  • 500 € d’amende administrative forfaitaire en cas de non-respect de la publicité dans le cadre d’une vente ou d’une location ;
  • 500 € d’amende administrative fixe en cas de non-transmission du certificat au futur acheteur/locataire.

À Bruxelles, si le propriétaire du bien n’a pas établi le certificat EPB à temps, une amende administrative allant de 62,5 € à 2000 € peut lui être réclamée.

Enfin, en Flandre, les propriétaires peuvent également recevoir une amende allant de 500 à 5000€ en cas de défaut de PEB.

Quelle est sa durée de validité ?

Quelle que soit votre région de résidence, la période de validité d’un certificat PEB est de 10 ans sauf si vous avez apporté des modifications majeures à votre propriété. Par exemple, en cas de changement de châssis, de nouveaux travaux d’isolation ou si vous avez remplacé votre ancienne chaudière.

Quels travaux devriez-vous faire pour améliorer votre PEB ?

L’amélioration du PEB d’un bien immobilier peut faciliter sa vente et parfois même augmenter son prix. C’est pourquoi, s’il s’agit de votre projet, nous vous conseillons de réaliser quelques travaux afin d’améliorer le PEB de votre maison et de lui donner une valeur ajoutée. Mais ce n’est pas tout ! Si vous n’envisagez pas de vendre votre propriété, l’augmentation de son score PEB sera tout aussi bénéfique pour votre portefeuille à long terme. ?

1- Travaux d’isolation

Saviez-vous qu’un toit mal isolé peut entraîner jusqu’à 30 % de perte d’énergie ? Nous vous conseillons donc d’investir dans l’isolation de votre toiture afin d’augmenter votre score EPB.

Dans le cas où vous vendez un bâtiment ancien équipé de simples vitrages, il peut être judicieux de penser à les remplacer par du double vitrage ou même à remplacer les cadres de vos fenêtres.

En outre, les Régions accordent des primes énergétiques aux citoyens qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation de ce type.

2- Changer la chaudière si elle consomme trop d’énergie

Si votre chaudière a 15 ans ou si vous chauffez votre maison au fioul, nous vous invitons à privilégier un mode de chauffage plus économique, mais aussi, plus écologique !

Par conséquent, si votre municipalité est raccordée au gaz naturel, découvrez comment passer du pétrole au gaz. Si le gaz naturel n’est pas pertinent pour votre code postal, le mieux est d’investir dans une pompe à chaleur ou des panneaux solaires. Parce que oui, selon l’inclinaison de votre toit, la puissance des panneaux et leur quantité, vous pouvez potentiellement couvrir la totalité de la consommation électrique de votre foyer !

Le saviez-vous ? En plus d’être une obligation légale, l’entretien de votre chaudière prolonge sa durée de vie et réduit votre consommation d’énergie. En effet, une chaudière bien entretenue et bien nettoyée améliore son rendement.

3- Réguler la chaleur du bâtiment

Les nouvelles technologies nous permettent de réguler plus facilement, et parfois même à distance, le chauffage de notre maison.

Dans le cas où vous rénovez une propriété, pensez également à modifier votre radiateurs et/ou investir dans des vannes thermostatiques afin de réguler la température et de réduire la consommation d’énergie concernée.

Nous vous conseillons également d’investir dans un thermostat intelligent. Ce dernier possède différentes fonctionnalités qui vous permettent de mieux contrôler votre chauffage et donc d’économiser de l’argent. Parmi ces derniers, on retrouve notamment :

  • La télécommande et la programmation de la température de chaque pièce de la maison ;
  • L’analyse complète de la consommation de chauffage sur une période donnée afin de mémoriser les habitudes de consommation de la maison ;
  • L’interaction avec les autres les objets connectés de la maison tels que l’éclairage.

4- Installer les LED

Les ampoules LED sont considérées comme les plus économiques du marché, car elles consomment entre 6 et 12 watts, tandis que les ampoules conventionnelles consomment environ 60 watts pour la même. le temps d’utilisation. En multipliant cette consommation par toutes les ampoules que vous utilisez quotidiennement, vous réaliserez rapidement les économies que vous pouvez réaliser. De plus, les LED ont une durée de vie 10 fois supérieure à celle des ampoules classiques.