Famille

Décès d’un proche : quel rite funéraire choisir ?

Après le décès d’un proche, les familles doivent organiser ses funérailles et, si le défunt ne le souhaite pas, choisir entre l’inhumation ou la crémation. Selon une étude du CSNAF, près d’un Français sur deux anticipe sa mort en laissant des instructions ou des recommandations. Pourtant, la décision n’est pas anodine et peut être difficile à prendre, souvent sur la base d’évaluations très personnelles. Quelles sont les différences entre ces deux rites funéraires ? Comment faire le meilleur choix possible ? Granimond vous explique tout.

L’enterrement, une coutume funéraire répandue

L’enterrement (ou l’enterrement) d’une personne décédée est le fait de placer son corps dans le sol et de faire un enterrement dédié à sa mémoire. Il s’agit d’une pratique funéraire pratiquée dans la plupart des cultures.

A voir aussi : Quelle fleur offrir pour 60 ans de mariage ?

L’inhumation a lieu le plus souvent dans un cimetière :

  • Celle de la commune où résidait le défunt
  • Celui où il est mort ou
  • Celui où se trouve le caveau familial.

En France métropolitaine, elle doit avoir lieu au moins 24 heures, au plus tard 6 jours après le décès et nécessite une autorisation d’inhumation auprès du maire de la commune choisie. À l’étranger ou en territoire d’outre-mer, ce délai est fixé à 6 jours à compter de l’entrée du corps en France.

A lire aussi : Comment se détacher d'une mère toxique ?

Le défunt est ensuite enterré dans une concession funéraire, c’est-à-dire un cimetière dont l’usage est acheté. Un acte de concession est ensuite établi, précisant la destination de la concession (individuelle, collective ou familiale) ainsi que sa durée (temporaire, trente ans, cinquantième ou perpétuelle). Si le défunt n’en avait pas, il est enterré en terrain commun, dans un lieu individuel mis à disposition gratuitement par la municipalité pour une durée d’au moins 5 ans.

Ses proches peuvent choisir librement l’opérateur funéraire qui s’occupera, entre autres, des étapes entre la mort et l’enterrement. Selon les services choisis, le coût d’un enterrement est variable. Il reste néanmoins suffisamment élevé en raison du travail du marbre à effectuer.

Faut-il être accompagné par un spécialiste de l’espace cinéraire ? Nos équipes d’experts sont disponibles !

La crémation, une pratique très ancienne qui devient de plus en plus populaire

La crémation, à ne pas confondre avec l’incinération, qui concerne le traitement des déchets et non des corps par un incinérateur, est de plus en plus répandue en France. De plus, la tendance croissante au choix de la crémation se poursuit. 39 % ont considéré la crémation en 2005, 41 % en 2007, 44 % en 2009 et 51 % en 2019.

Cette pratique funéraire, pourtant très ancienne dans certaines cultures, vise à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain dans un crématorium. Elle doit avoir lieu dans les mêmes délais que ceux d’un enterrement et nécessite également l’autorisation du maire du lieu du décès ou celle du lieu de la bière, en cas de transport du corps.

Depuis 2008, le la loi a exigé que toutes les municipalités de 2 000 habitants ou plus aient au moins un espace cinéraire dans leur cimetière à compter du 1er janvier 2013. Les cendres ne peuvent donc plus être conservées chez elles, mais conservées ou dispersées dans cet endroit dédié.

Après la crémation, les proches peuvent choisir de déposer l’urne cinéraire qui les recueille dans un espace collectif, un columbarium, pouvant accueillir une ou plusieurs urnes. Ils peuvent également opter pour la dispersion des cendres dans le jardin du Souvenir, un espace collectif aménagé à cet effet dans le cimetière. L’urne peut également être placée dans le sol, dans une petite voûte individuelle, une cavurne.

Inhumation et crémation : ce dont vous devez vous souvenir

Qu’il s’agisse d’inhumation ou de crémation, il s’agit d’un choix intime dont il est important de parler au cours de votre vie, afin que vos derniers souhaits soient respectés par vos proches. Comme pour l’enterrement, le choix du fournisseur de services funéraires qui organise la crémation est libre. Le coût varie également en fonction aux services souhaités. Souvent ignorée par les familles, la cérémonie de crémation est parfois appréhendée. Cependant, dans la grande majorité des cas, les crématoriums offrent un moment d’adieu et de recueillement avant la crémation, ainsi que la possibilité d’une bénédiction religieuse en présence d’un célébrant.

L’équipe Granimond