Seniors

Est-ce qu’on peut travailler après la retraite ?

La combinaison de l’emploi et de la retraite

La combinaison de l’emploi et de la pension est un mécanisme également appelé ERC, qui a été introduit en 2003 au moment de la réforme des retraites. François Fillon, alors ministre des Affaires sociales, a développé la « Loi Fillon » à cette époque, permettant aux retraités de cumuler leur pension de retraite avec le revenu d’une activité. Ce système est accessible à toutes les personnes qui ont déjà travaillé, quelle que soit l’activité qu’elles souhaitent exercer actuellement. Le régime combiné emploi-retraite est disponible en deux versions.

Lisez aussi  : L’emploi des personnes âgées retraitées : que dit la loi ?

A lire également : Quelles questions poser au banquier pour un prêt immobilier ?

Emploi intégral/retraite

L’accumulation complète d’emploi-retraite est également appelée accumulation d’emplois et de retraites non plafonnée ou libéralisée. Il permet au pensionné de recevoir sa (ses) pension (s) de retraite en totalité tout en les accumulant avec les revenus de son salarié. Pour en bénéficier, il doit remplir les conditions suivantes : conditions :

  • avez atteint l’âge de la retraite
  • ont obtenu la liquidation de toutes leurs pensions de retraite de base et complémentaires qui peuvent être versées ;
  • remplir les conditions d’obtention (âge, durée de cotisation) du taux de retraite complet dans le cadre du régime général.

En d’autres termes, la personne qui souhaite cumuler l’ensemble de ses pensions de retraite avec ses revenus doit au moins être en mesure de justifier le nombre de trimestres dont elle a besoin au moment de la liquidation.

A découvrir également : Où vivre dans le monde pour un Français ?

Retraite partielle ou plafonnée cumulée

Si le pensionné ne remplit que partiellement les conditions requises pour le plein emploi/retraite, il pourra bénéficier de la combinaison emploi/pension plafonnée.

Elle doit donc :

  • ont atteint l’âge de la retraite,
  • ont obtenu la liquidation de leurs pensions de retraite, qu’elles soient de base ou personnelles.

Comme il n’a pas atteint le taux plein, les pensions et les revenus sont alors plafonné selon les statuts :

  • Pour les employés, le plafond correspond généralement au dernier mois de salaire avant la retraite.
  • Dans le cas des fonctionnaires ou des militaires, le plafond correspond à un tiers de la pension annuelle brute majorée de 7 095 euros.
  • Pour les artisans, les commerçants, les entrepreneurs et les professions libérales, le plafond de l’accumulation annuelle des salaires et des pensions est fixé à 50 % du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS), qui change chaque année.

Il est également possible de reprendre le travail chez l’ancien employeur en respectant une période de 6 mois entre le début de la retraite et le moment de la reprise d’activité.

Retraite progressive

À l’exception des professions libérales, les personnes âgées de 60 ans peuvent bénéficier d’une retraite progressive. Il s’agit alors de réduire progressivement le temps de travail de la personne qui le demande et de compenser la perte de salaire liée à cette baisse d’activité, grâce à une partie de sa pension de retraite.

Pour ce faire, vous devez :

  • être âgé d’au moins 60 ans,
  • se sont réunis au moins 150 trimestres, quel que soit le régime de base,
  • l’activité exercée doit alors être unique et à temps partiel. Il ne doit pas dépasser entre 40 et 80 % du temps de travail légal ou conventionnel.

Cependant, cette formule n’est pas accessible à tous : les cadres titulaires de la carte journalière, les représentants commerciaux ou les représentants commerciaux qui ne peuvent pas prouver un temps de travail à temps partiel, les artisans de taxi affiliés à l’assurance volontaire, ainsi que les dirigeants d’entreprise ou les dirigeants d’entreprise sont exclus.

Lisez aussi : 8 solutions pour améliorer vos revenus à la retraite

Le Surcote

Dans ce cas, il s’agit d’une augmentation de la pension de retraite de base. Pour en bénéficier, vous devez alors :

  • avoir dépassé l’âge de la retraite, 62 ans ;
  • ont accumulé, au cours de leur activité salariée, le nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une pension complète ;
  • continuer à travailler.

Chaque trimestre supplémentaire travaillé augmente ensuite le montant de la pension de base de 1,25 %.

en stock Pour bien choisir

Actuellement, la solution la plus fréquemment utilisée par les bénéficiaires est la combinaison de l’emploi et de la retraite, qui est donc la plus connue. Néanmoins, ses avantages doivent être considérés en fonction de votre situation. En effet, si vous bénéficiez d’une combinaison d’emploi et de retraite, vous aurez la possibilité de vivre confortablement tant que vous continuerez cette activité. Cependant, il n’est pas nécessaire de se rappeler que les cotisations sociales devront être payées comme elles devraient l’être par tous les travailleurs et qu’elles seront proportionnelles à vos revenus.

L’inconvénient est que les cotisations de vieillesse ne permettent pas l’acquisition de nouveaux droits. Ainsi, au moment de la cessation de toute activité, une baisse significative des revenus est à prévoir. À l’inverse, le supplément augmente le montant de la pension de base. De même, avec la retraite progressive, le travailleur peut acquérir les quelques quartiers manquants pour lui permettre d’obtenir une pension complète. La combinaison de l’emploi et de la retraite partielle est intéressante pour les personnes dont les revenus sont inférieurs au plafond.

Il est donc important de calculer, en fonction de votre situation, ce qui est le plus intéressant. Il peut être nécessaire de faire appel à un professionnel pour vous aider.

Lisez également

 :

  • Tu peux travailler après 70 ans ?
  • Quel type de contrat de travail pour un retraité ?
  • Les personnes âgées intérimaires : le guide
  • Les aides à l’embauche pour les seniors : la liste complète