Santé

C’est quoi l’ischémie ?

L’ischémie cérébrale ou l’accident vasculaire cérébral est un processus soudain qui cause des dommages au cerveau en raison d’un manque d’irrigation. Quels sont les facteurs qui l’expliquent ? Quels sont les symptômes à détecter ? Réponses.

Qu’est-ce que l’ischémie cérébrale ?

L’Académie royale espagnole définit l’ischémie comme la réduction temporaire ou permanente de l’apport sanguin à une partie du corps, causée par une altération normale ou pathologique de l’artère ou des artères qui y sont connectées.

A voir aussi : Comment s'appelle un début d'AVC ?

La Société espagnole de neurologie (SEN) recommande l’utilisation du terme « ictus » pour désigner de manière générique l’ischémie cérébrale, l’hémorragie intracérébrale ou l’hémorragie sous-arachnoïdienne. Parce qu’il s’agit d’un accident vasculaire cérébral (communément appelé « accident vasculaire cérébral »), c’est-à-dire d’un trouble du flux sanguin cérébral qui altère temporairement ou définitivement le fonctionnement du système nerveux.

L’ictus est la principale cause de décès chez les femmes et la troisième chez les hommes en Espagne, et arrive en tête de liste des causes de détérioration et de dépendance fonctionnelle.

A lire en complément : Acheter du CBD en ligne : avantages et inconvénients

Sa survenue est étroitement liée à l’âge et à des facteurs tels que l’hypercholestérolémie (cholestérol sanguin élevé), la consommation de tabac et/ou d’alcool, l’hypertension familiale et les antécédents familiaux.

Quels sont les différents types d’ischémie cérébrale ?

  • AVC ischémique ou infarctus cérébral : il s’agit d’une interruption du flux sanguin due au blocage d’une artère. La zone qui n’est plus irriguée souffre alors d’un manque d’oxygène.
  • Lorsque le blocage n’est pas permanent, on parle d’accident ischémique transitoire (AIT). Dans ce cas, les cellules qui ne sont plus les personnes irriguées peuvent ne pas mourir, mais des séquelles peuvent encore survenir.
  • AVC hémorragique : rupture d’une artère à la suite d’un traumatisme, d’un anévrisme ou d’une dilatation. Le sang versé ou les hémorragies ne nourrissent plus la région, mais peuvent causer une pression et des dommages très importants.

Quels en sont les symptômes de l’ischémie ?

L’AVC ou l’ischémie peuvent survenir de différentes manières, mais voici quelques symptômes qui peuvent aider à l’identifier :

  • Perte soudaine de force ou engourdissement des extrémités, surtout si elles sont du même côté.
  • Problèmes de vision soudains, tels que cécité ou vision double.
  • Perte d’équilibre inattendue ou difficulté à marcher.
  • Apparition de maux de tête soudains, inhabituels et graves.

Quel est le traitement de l’ischémie cérébrale ?

Il existe des traitements pour certaines formes d’AVC, mais leur efficacité diminue avec le temps. Le traitement à un stade précoce réduit les lésions cérébrales, les décès et les incapacités.

Pour un bon pronostic, l’AVC doit être traité en moins de 3 heures par une équipe de neurologues. Les médecins peuvent injecter des médicaments (acide acétylsalicylique ou aspirine) qui dissolvent le caillot ou le thrombus et rétablissent le flux sanguin.

Généralement, après avoir subi un AVC, la personne doit entamer un processus de réadaptation et de récupération pour tenter de récupérer des fonctions altérées ou perdues, telles que la communication, la marche ou la récupération d’une partie de sa mobilité.